-LA SAGA de  Thomas Salomont-

Sauveteur
D'Islande à Dynamo

Cette page est en partie tirée du récit oral enregistré en 1961 par Marcel Gorisse instituteur et mari de sa petite-fille Jacqueline. 

L'exploitation de toutes ces données (écrites et audio) m'ont amené à certaines convictions et suppositions retranscrites dans ces pages. J'ai demandé à la famille de Thomas de valider ces écrits.

-La saga de Thomas chapitre 3 

Thomas est donc rentré de sa campagne de pêche en Islande.

 

3 jours plus tard, il pose son sac sur un bateau de la Compagnie des bateaux à Vapeur du Nord.

 


Il me paraît utile de préciser ici que Thomas, à cette époque, est déjà titulaire du certificat d'études obtenu juste avant sa campagne islandaise.
Ce détail aura  son importance  dans la suite de la Saga.

 

1903
 

Embarquements sur les bateaux de la  Compagnie des bateaux à Vapeur du Nord*

 

On peut penser que Thomas qui va avoir 15 ans

est passé de  mousse à novice(1)

en arruvant sur le  cargo SS** VILLE DE BOULOGNE ***

 

 

 

Thomas fait  également office de maître d'hôtel sur ce navire

 

 

 

* La Compagnie des Bateaux à Vapeur du Nord a été fondée en 1853 pour doter la France d’une ligne rapide vers Saint Petersbourg au départ de Dunkerque. Elle a tissé par la suite un réseau très développé de lignes maritimes reliant Dunkerque à la plupart des ports français et à l’Afrique du Nord avec une remarquable devise :
 "La régularité doit primer toutes les considérations."

* SS pour Steam Ship  désigne un bateau à vapeur

***  Lancé à Greenock en 1866 sous le nom de VANNINA, il devient en 1892  le VILLE DE BOULOGNE.
Le 19/04/1908,  Il s’échoue devant Dunkerque. Renfloué, il est jugé irréparable et démoli.

CEP de Thomas Salomont

 

Thomas embarque comme novice et maître d'hôtel  sur le cargo SS  MARIE*

 

* Cargo mis en service en 1873 sous le nom de ADA BATTERS, entré à la CB VN en 1880 et  coulé le 10.08.1916 au large de Barfleur par le sous-marin UB-18.

4 mats de la maison Bordes

1906
Le matelot Thomas embarque sur l'ATLANTIQUE, 4 mâts de la maison Bordes


Ce bateau transportait du charbon à destination d'IQUIQUE au Chili et revenait chargé de salpêtre avec un équipage de 45 marins qui achetait son coffre pour le linge, ses couvertures, ses couverts et ses gamelles en fer blanc.


Thomas nous rappelle

"A bord, chaque voile, chaque cordage, avait son nom.

 

Il  n'y avait qu'une seule corde, celle de la cloche. Le reste c'était des bouts, filins, aussières.

Elle était placée au-dessus de l'homme de barre qui sonnait de 2 coups chaque heure.


Ceci pour appeler toutes les 4 heures les bâbordais ou tribordais de quart.

Même à quai, il n'y avait pas de journée de repos. Le dimanche c'était de 7h00 jusqu'à 18h00" 

L'ATLANTIQUE

 

4 mâts en acier contruit en 1897 aux Chantiers de la Loire

Commandant en 1906 Capitaine GOUYET

Second : Benjamin RIOU

Lieutenant  Nicolas Guillou

1926 le navire est démoli après avoir une dernière fois franchi le Cap-Horn en 1925

 

La photo ci-contre n'est pas l'ATLANTIQUE mais un 4 mâts de la cie Bordes

 

En savoir plus sur la vie des cap horniers? c est ici :

 http://www.caphorniersfrancais.fr/

Les repas des cap-horniers


Au branlebas, c'était le petit déjeuner.


Le BOUJARON ** (4 cl d'eau de vie) et une gamelle de café avec des biscuits cassés dedans.


Il n'y avait pas de table


Laissons Thomas vous raconter ci-contre le repas ordinaire  à bord des cap-horniers :


Le dimanche, repas de fête avec du singe (viande en boîte) et un petit pain mais le soir retour au menu ordinaire avec, bien sûr, le quart de vin !

 


** la grosse inquiétude des matelots, c'est que celui qui leur servait le boujaron (c'est aussi le nom du récipient) ne mette pas son pouce dedans, sinon ils auraient été lésés du volume dudit pouce ...

Enregistrement

des années 60

Et la suite?


En fonction des éléments qui nous permettent de suivre Thomas dans son parcours maritime et, ne l'oublions pas de sauveteur (Ne soyez pas pressés, ça viendra...) je suis arrivé à quelques conclusions:


Thomas ne se contentera pas de faire son travail de marin, mousse ou novice. 
Il s'intéressera aux techniques de navigation, à la gestion de ces bateaux du début du 20e siècle.
On peut penser qu'il a trouvé, parmi les officiers du bord, des marins qui ont su déceler chez ce jeune matelot des aptitudes à monter dans la hiérarchie maritime...
Vous découvrirez cela dans les prochains chapitres.

 

Ces suppositions ont été soumises à la famille de Thomas qui les a validées.


Je ne vous promets pas une fréquence régulière dans cette saga qui se terminera en mai 2020 où vous pourrez suivre Thomas au jour le jour dans ses actions pendant l'opération dynamo.

 

Le cap-Horn est situé entre le 50e et le 60e parallèle.

 

Dans le milieu maritime, on parle  des

 

40e rugissants, pour la zone comprise entre les 40e et 50e parallèles ;

50e hurlants, pour la zone comprise entre le 50e parallèle et le 60e

 

Ces termes à eux-seuls donnent une idée de l'état de la mer de cette région

Mousse et novices

Avertissement : A part le portrait  et le CEP les autres photos

ne  sont pas liées directement à l'histoire de Thomas

1903, 18 novembre : le traité Hay-Bunau-Varilla accorde aux États-Unis, à perpétuité, le contrôle et l'exploitation du canal de Panama. 

1904, 8 avril : le Royaume-Uni et la France concluent l'accord d’Entente Cordiale sur leurs sphères d’influence en Afrique du Nord et en Asie. 

1905, 27 juin : mutinerie du cuirassé Potemkine. 

1906 10 février : lancement du Dreadnought Royaume Uni , le plus grand et puissant cuirassé du monde à ce jour

 1906 3 novembre : convention internationale radiotélégraphique de Berlin55 qui  adopte le SOS comme signal de détresse international.

(1)

Mousse :  apprenti marin chargé des corvées sur un navire

Novice : Au bout d'un an le mousse devient novice et un an après matelot

Ces durées varient suivant les appréciations des patrons et l'age du futur marin.

 

Cuisiner, porter à boire ne devrait pas occuper le temps du mousse. Pour Jos, le travail du mousse c’est d’apprendre à pêcher, comprendre la mer. Il se promet que, lorsqu’il deviendra patron de pêche, il protégera les mousses des brimades stupides des anciens. Humilier n’apprend pas à vivre.

Source Wikipédia

 

Sources

Archives famille Gorisse Salomont

https://forum.pages14-18.com