Année 1856

Sauvetages individuels

23 personnes sauvées dont  12 enfants

 

 


 Mars

Paul-Jacques Morisot, écrivain temporaire de la marine, sauve deux enfants à Dunkerque.

Le Ministre de la MArine lui attribue la médaille d’argent de deuxième classe.

Moniteur Universel du 21 mars 1864-  0155

 

12 mars

Une personne qui se noyait dans le canal de Furnes est sauvée par le sieur Rommel, jardinier à Coudekerque-Branche.

L’Autorité 12 mars 1856 - 0156 

20 avril

Tombant du quai des Hollandais près de la porte à Couronne où il jouait avec des camarades, Jean Emile Victor Guermonpré, 10 ans, fils du concierge du Palais de Justice, est secouru par François-Désiré Hurel, second du brick Adèle de Boulogne et Michel Prat, commandant du brick Almais de Landerneau. En difficultés, les trois montent à bord du canot du sieur Aget, batelier de Dunkerque, venu à la rescousse.

L’Autorité 23 avril 1856 0157

 

1er juin

Tombée dans le canal du quai au Bois, Virginie Tinard, âgée de 9 ans, fille d’un batelier, est sauvée par Joseph Deligny (dit Martin), contremaître au chantier de M. Vanderveine.

L’Autorité 3 juin 1856 0158 

 

9 juin

Agé de 9 ans, l’enfant Fonteyne est retiré du canal intérieur de Bourbourg par Séraphin Vandaele, un ouvrier charpentier qui a déjà reçu des félicitations pour le sauvetage de plusieurs personnes.

L’Autorité 12 juin 1856  0159

 

2 juin

Fort connu pour ses nombreux sauvetages et ayant déjà reçu une médaille d’honneur, le maçon Jules Dufour sauve au péril de sa vie le journalier de Teteghem Louis Leys tombé dans le musoir de l’écluse Magloire et entraîné par le courant jusque dans le port. Ils sont remontés exténués sur l’estacade par un groupe de marins anglais.

L’Autorité 10 juin 1856   0160

16 juin

Pierre-François Deroy-Collin, éclusier à Gravelines, retire de l'eau deux personnes tombées dans l'écluse.

Le moniteur universel 0161


27 juin

Armand Decousser, un charpentier de 26 ans, saute dans le canal de Bergues pour sauver le fils du maréchal-ferrant de la ville, Henri Dodanthun, âgé de 3 ans ; en grand danger ils sont secourus in extremis par Charles Bellepalme, batelier de la barque de Bergues à Dunkerque.

L’Autorité 1er juillet 1856  0162

 

1 5 juillet

Agé de 6 ans, Auguste-Louis Jeannequin de Petit Fort-Philippe à Gravelines, est sorti du chenal du port par Jean-Charles Fournier qui s’est déjà signalé par plusieurs sauvetages.

L’Autorité 10 juillet 1856 0163

17 juillet

Pierre-François Deroy-Collin, éclusier à Gravelines, a retiré un militaire tombé dans les fossés de la place.

Le moniteur universel 0164

 

31 juillet

Le fils de 5 ans du capitaine Ruzé du brick Elisa amarré dans le nouveau bassin du port en est retiré sain et sauf par le matelot Etienne Vasnier de la goëlette Sophie de Caen.

L’Autorité 2 août 1856 0165 

7 août

Tombé de son échafaudage dans le bassin de la Marine et ne sachant pas nager, le charpentier de navire Auguste Montfront,(Mafran) 18 ans, est hissé à bord d’un canot proche par le gréeur Auguste Hivin aidé par le marin Louis Biot. Le sieur Hivin, sauveteur de la Société Humaineest un habitué des sauvetages.

L’Autorité 10 août 1856 0166 

 

2 août

Tombé à marée haute entre quai et bateau dans le port de Gravelines, Edouard Delay, âgé de 7 ans, est sauvé par Aubin Sailly, écrivain à l’octroi.

L’Autorité 11 août 1856   0167 

7 août

Le journalier Alexis-François Devey, demeurant au fort Risban à Calais, retire du canal de la Cunette Gustave Weins âgé 10 ans 1/2.

L’Autorité 13 août 1856   0168

7 septembre

Vers quatre heures du soir, les nommées Marie Kecke, âgée de dix-huit ans, et Zélie Rereuder, âgée de vingt-trois ans, sont tombées à l'eau à l’école de natation, à Dunkerque, en voulant monter dans un canot pour faire une promenade. A leurs cris de détresse, le sieur Sion, maître de l'établissement, s'est jeté dans le canal, et,  avec autant d’adresse  que de sang-iroid, les a ramenées toutes deux à terre avant que l’accident ait eu de fâcheux résultats.

 Le moniteur du 17 septembre 1856 A0388

13 septembre

Vers quatre heures et demie , alors qu’un feu violent s’emparait d’un bâtiment de l’hospice civil, à Dunkerque, un enfant de dix ans, Hippolyte Jouvenet, dont les parents habitent n° 12 de la rue Saint-François, est tombé dans le port près du gril de carénage. Entraîné par le courant, il allait infailliblement se noyer sans le dévouement du sieur Jansoone Joseph-Désiré, natif de Saint-Omer, âgé de vingt-neuf ans, maréchal des logis au 1“ escadron du train des équipages, en congé à Dunkerque. Ce courageux militaire, s’étant jeté à l’eau tout habillé, est parvenu, au péril de ses jours, à sauver le jeune imprudent qui, mieux surveillé par sa famille, il faut le dire, n'eût pas couru risque de sa vie.

Le moniteur universel 16 septembre1856 A0392

16 septembre

Gravelines, Rosalie Boulois, âgée de quinze ans, revenait de souhaiter la bonne année à ses parents, accompagnée de ses deux tantes et de sa belle sœur, lorsqu’en passant sur une planche qui n’est que d'un côté garnie d'un garde-corps, Rosalie, subitement prise d’un  éblouissement, tomba à l’eau entre les deux écluses de l'abattoir.

Aux cris que jetèrent les trois femmes et la victime elle-même, accoururent bientôt les sieurs Butin et Sergent, dit Perrin, tous deux tonneliers, demeurant à Gravelines. Ne prenant conseil que de son courage, mais ne pouvant, sans péril de mort, se précipiter â l’eau en cet endroit, Sergent parvient à descendre le long des poutres qui soutiennent les portes de l'écluse, de là se jette à la nage, saisit la victime qui allait disparaître, la ramène en nageant jusqu’aux portes de l’écluse, d'où Rosalie Boulois fut remontée au moyen d’une corde que lui attacha son sauveteur, elle fut transportée saine et sauve dans la maison du sieur Butin, où les soins les plus généreux ont été prodigués à la jeune fille.

Le moniteur universel 16 septembre1856 A0393

19 octobre

Louis Masson, maître au cabotage inscrit à Gravelines sauve une personne à Dunkerque

Moniteur Universel 19 mai 1868  0169 

3 décembre

Tombé du quai de la Citadelle, le petit Langevin de 4 ans 1/2 est sauvé de la noyade dans le port de Dunkerque par le journalier de 47 ans Jean-Baptiste Blanchet, demeurant 41 rue Saint-François.

L’Autorité 6 décembre 1856  0170

 

15 décembre

Tombés dans le canal d’Hoymille près du four à chaux, quatre personnes, leur chariot de campagne et deux chevaux sont sortis de l’eau par le cantonnier des ponts et chaussées Louis Salommé et le chaufournier Jean Denaës

L’Autorité 18 décembre 1856  0171