Année 1850

2 Sauvetages individuels

 

12 juin 1850 

 

Mercredi dernier, deux jeunes enfants, l'un de huit ans, l'autre de dix ans, s'étaient arrêtés sur le bord du canal Saint-Martin, et regardaient baigner un chien. Le pied ayant manqué à l'un d'eux, il tomba dans l'eau, entrainant dans sa chute son camarade, qui s’appuyait sur lui.

Tous deux allaient disparaître, lorsque André Looten, âgé de seize ans, apprenti menuisier en fauteuils, natif de Dunkerque, et demeurant chez ses parents, place des Vosges au N° 17, n'écoutant que son courage, s'élance tout babille dans le canal, et parvient à les ramener tous deux vivants sur le bord, aux applaudissements de tous les spectateurs de cet acte de courage et de dévouement. Aussi modeste que brave, le jeune Looten a tenté de se soustraire aux éloges que méritait son action généreuse, et ce n'est qu'avec beaucoup de peine qu'on est parvenu à le conduire chez le commissaire de police de la section Popincourt, qui a constaté les faits.

Ce magistrat lui a offert les 50 francs de prime auxquels il avait droit pour son double sauvetage, mais Looten les a refusés, prétendant que son action était toute naturelle et ne devait avoir d'autre récompense que l'estime publique. On s'explique cette manière modeste d'envisager les belles actions dais une famille ou elles sont pour ainsi dire héréditaires. En effet, l'oncle paternel de Looten s'est distingué à Dunkerque dans quarante-cinq sauvetages qui lui ont valu la décoration de la Légion d'honneur, et son père a retiré cinq personnes de l'eau.

Source :  La Dunkerquoise du 19 juin 1850 - a0079


2 août 1850

Blessé au front suite à sa chute dans l’eau près du Pont Rouge, Jules-Désiré Ducrocq âgé de 5 ans 1/2 est sauvé par Charles Weisbeker, journalier de 29 ans demeurant rue de la Paix.

La Dunkerquoise 5 août 1850 - a0080

 

 

Sources 

Annales du sauvetage et presse diverse