Pour chaque station la direction administrative se compose habituellement d'une commission de négociants ou d'armateurs, élue par la chambre de commerce, du commissaire de l'inscription maritime, et du capitaine ou du commandant des mouvements du port.

 

Ce sont  souvent les pilotes chefs à terre qui décident d'envoyer le canot de sauvetage, les remorqueurs ou corvettes vers un bateau réputé être en difficultés.  

 

 

 

 

La physionomie des pilotes ne diffère guère du type des marins pêcheurs, sauf qu'ils n'ont jamais moins de vingt-quatre ans.

Leur costume est à peu près le même, à l'exception d'une ancre en argent de cinquante millimètres à la boutonnière, marque imposée et distinctive. Elle est en or pour les chefs pîlotes à terre ou à la mer.

 

Les pilotes lamaneurs sont obligés de tenir leurs embarcations en état d‘aller au secours des bâtiments. La liste des bâtiments du pilotage est accessible ici 

 

 

 

 

La seule distraction à leur tâche périlleuse, quand le manque de bâtiments à piloter laisse du loisir dans leur croisière, c'est le dragage des huîtres et la pêche à la ligne, presque partout l'usage du filet leur est interdit.

 

Les obligations des pilotes sont décrites dans le décret de Posen ( 12  décembre 1806) qui sera maintenu,à travers les divers règlement, jusqu’en 1928.

Avant 1814

le trafic du port de Dunkerque est ridicule.

La plupart de ces navires sont des bâtiments de l'Etat, armés en guerre :

1806 : 232 navires 1809 : 133 navires 1810 : 742 navires 1813 : 22 navires.

 

Le service du Pilotage existe mais il est effectué au moyen d'un côtre armé par les pilotes qui, faute de recettes, pratiquent la pêche côtière.

La corvette est dans un  tel état qu'elle ne peut prendre la mer.

 

Ordonnance royale de 1828  pour le Quartier de Dunkerque

Le service actif sera fait par:

 

                                               - 1 chef à terre (pris parmi les officiers de la marine militaire ou du commerce)

                                               - 2 chefs à la mer

                                               - 12 pilotes brevetés

                                               - 4 aspirants

                                               - 4 matelots de manœuvre

 

Les 2 corvettes seront montées par 11 hommes (1 chef, 8 pilotes et 2 matelots). Elles alterneront tous les 10 jours.

Une corvette en mer l'autre en rade

 

Les pîlotes dunkerquois ne pourront dépasser Gravelines qu'en cas de latence du pilotage de ce port ou en cas  d'urgence.

 

Art 53 du rêglement  du pilotage à Dunkerque Ordonnance royale du 27 août 1828

 

Quartier de Boulogne

Le service actif sera fait par:

 

                                               - 8 pilotes lamaneurs

                                               - 2 aspirants

 

Les pilotes et aspirants sont tenus de résider sur le hameau du Fort-Philippe

                                          

 
Décret impérial de 1854

Le service actif sera fait par:

                                               - 1 chef à terre

                                               - 3 chef en mer

                                               - 18 pilotes

                                               - 6 aspirants

                                               - 9 matelots


2 des 3 corvettes seront en permanence à la mer en alternant tous les 10 jours avec celle qui se trouve au port

 

Décret du 18 juin 1883­

 

Le service de pilotage est assuré par 36 pilotes.

4 bateaux d’un tonnage minimum de 40Tx et un bateau vapeur d’au moins 100 chevaux pour les mouvements de personnel.

 

Les bateaux pilotes sont reconnaissables par une grande ancre et la lettre D peinte en noir sur la grand voile avec de jour un pavillon rouge en tête de mât, de nuit un feu blanc en tête de mat, visible sur 360° et un feu blanc montré à de courts intervalles ne dépassant pas 15 minutes.

 

En savoir plus : Obligations des pilotes lameurs en 1862

­1898-1899

 

Les pilotes, chargés de diriger les navires dans l'enceinte du port, font édifier un nouveau bâtiment par l'entreprise Pareysis d'après les plans de l'architecte Jean Morel.

Auparavant, leurs locaux étaient situés dans la tour du Leughenaer. Le belvédère en toiture a été détruit à la suite de la Seconde Guerre mondiale.

L'édifice appartient actuellement au port autonome de Dunkerque qui y a installé son imprimerie. Le bâtiment est situé Rue L’Hermitte.

 

 

 

-Organisation du pilotage au 19e-

Sources

BNF Gallica Le Monde illustré 1862 N° 253 – 254 – 255

Crédit photo JEPI (Maison du pilotage)

Jackie Messiaen Des corvettes et des hommes  édition Kim Dunkerque

Site du pilotage de Dunkerque

Site du lamanage de Dunkerque

​​​​​​​