gallery/rubon9530-accd2

La Société Centrale de Sauvetage des Naufragés

 

 

En 1824, au moment où l’œuvre du sauvetage se fondait de l'autre côté du détroit, des efforts étaient faits en France dans le même but.

 

Boulogne, Dunkerque, Calais voyaient se constituer des sociétés humaines qui ont rendu des services et existent encore aujourd'hui.

 

Toutefois, les faibles ressources mises à leur disposition ne leur ont pas permis d'étendre leur action ni d'entretenir dans tous les temps un matériel et un personnel suffisant.

 

L'exemple donné par nos villes du nord ne se propagea pas; des tentatives faites à diverses époques pour constituer un centre d'action furent infructueuses, et nos côtes demeurèrent privées de moyens de secours.

 

Frappé des conséquences d'une telle situation, le ministre des travaux publics provoqua., en 1861, la formation d'une commission mixte ayant pour mission de rechercher les mesures les plus propres à assurer, sur le littoral un service complet de sauvetage ; la création de la Société centrale peut être considérée comme le 1 corollaire des travaux de cette commission et des mesures dont elle avait proposé l'adoption La société anfglaise des Life-Boats servira, entre autres, de modèle pour créer la Socieété Centrale de Sauvetage des naufragés SCSN

 

 

La première station du dunkerquois à faire partie de la SCSN sera Gravelines suivie par Dunkerque puis Fort-Mardyck et Malo-les-Bains 

 

En 1967 la SCSN fusionne avec les Hospîtaliers Bretons pour devenir la Société Nationale de Sauvetage en mer (SNSM)

gallery/plaque

Source : 

 

http://kbcpenmarch.franceserv.com

Credit photographique Musée Portuaire de Dunkerque / Philippe Boutelier