Le commandant Thomas Salomont raconte :

L’accostage de trois destroyers français au nouveau quai de fuite fut d'une grande difficulté, avec des manœuvres délicates, les bombes tombant de tout côté. Mais une vague de bombardiers arrivant, je changeai d’idée, mis le cap sur le large à  seule fin de m’éloigner de la zone dangereuse mais alors que nous arrivions sur, trois bombardiers se dirigèrent de notre côté, un prit la direction du remorqueur LUTTEUR et laissa ses bombes que je vis distinctement tomber autour du LUTTEUR.

Etant touché, celui-ci alla s’échouer sur la plage côté St-Pol, un autre vint sur nous, nous mitrailla, laissant en même temps tomber 4 bombes tout autour de nous ; par la déflagration, je fus projeté du haut de ma passerelle.

Je tombai sur   bâbord,  sur la passerelle basse, sans me rendre bien compte de ce qui arrivait.  Croyant mon remorqueur touché et me figurant qu'il prenait eau, je mis en route cap à la côte mais presque arrivée, je constatai que rien d’anormal ne s’était produit à mon navire, je mis donc mon remorqueur en direction du port.

Arrivé dans le nouvel avant-port, j’entendis un appel, c’était un marin anglais nageant à peine et prêt à se noyer tellement il était exténué. Je le pris à mon bord et le débarquai à quai.

De la chute de passerelle, je fus fortement contusionné à la cuisse et à l’épaule, mon bras fut immobilisé. Pendant 4 mois, je ne pus me servir de mon bras droit.


 

 

Sources

Famille Salomont Gorisse  Archives familiales

 

 mai 1940

*Sauvetage destroyers*

1 homme sauvé
Thomas Salomont

Saga de Thomas 

à retrouver ici