Sources

BNF Gallica  Annales de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés

 

 

 

 

 

-Feux flottants et Bateaux-phares-

1860 Conseil général

Le port de Dunkerque présente en conseil général un projet pour améliorer la navigation dans les bancs de Flandres :  Remplacer la grosse bouée d'avertissement de l'ouest, à Dunkerque, par un feu flottant.

1862

Le Ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics autorise l'établissement de trois feux flottants dans la rade de Dunkerque.

- Le premier de ces feux sera placé près de l'extrémité nord du banc connu sous le nom de Clif d'Islande avec une portée de 11 milles, il servira de point d'atterrage aux bâtiments venant de l'Est et du Nord-Est.

- Le second feu flottant sera mouillé à près de 3 milles au N. N E. du phare de Gravelines ; sa portée sera comme celle du premier de 11 milles. Pris par le phare de Dunkerque, il fera éviter aux navigateurs venant de l'Ouest tous les bancs voisins de leur route ; pris par le phare de Gravelines, il jalonnera une ligne passant d'abord par les deux Ruytingen, puis entre les Dycks, de sorte que les navigateurs ne seront pas obligés de se porter à l'Ouest pour aller chercher un chenal offrant plus de sécurité. Ce feu aura comme le premier une portée de 11 milles.

Le troisième feu flottant sera mouillé à 2, 4 milles dans le N. N. 0. de Mardyck et aura une portée de 6 à 7 milles ; son alignement avec le précédent donnera le gisement de la rade de Dunkerque.

La même décision ministérielle a prescrit l'établissement d'un feu fixe vert de 3 à 4 milles de portée pour signaler l'extrémité de la jetée orientale du port de Dunkerque.

Le 23 juin un projet pour l'exécution des navires destinés à porter les feux flottants est approuvé par le Ministre des travaux publics .

1863

Une décision ministérielle du 3 juillet 1862 assigne à ces trois feux flotttants les caractéristiques suivantes :

Feu flottant du Cliff d'Islande. Feu à éclipses, dans lequel un éclat rouge alternera avec deux éclats blancs.

Feu flottant de Gravelines. Feu à éclipses avec éclats rouges.

Feu flottant de Mardyck. Feu fixe rouge.

Les feux flottants dit Ruytingen et Mardyck destinés à éclairer la rade de Dunkerque, ont été allumés le 15 novembre 1863.

1864

Le troisième, un feu à éclipses, dans lequel un éclat rouge devait alterner avec deux éclats blancs, devait être placé près de l'extrémité Nord du banc connu sous le nom de Cliff d'Islande, avoir une portée de 11 milles, et servir de point d'atterrage aux bâtiments venant de la partie de l'Est et du Nord-Est.

Mais un avis aux navigateurs, émané du gouvernement belge, ayant annoncé qu'un feu flottant à éclats, alternativement blancs et rouges, devait être installé dans le courant du mois de mars 1864, sur l'extrémité S.-O. du ban de West-Hinder (ce feu a été allumé le 4 avril dernier) , ce feu étant appelé à remplir le même office et présentant à peu près le même caractère que celui qui avait été adopté en principe pour être mouillé à l'extrémité nord du Cliff d'Islande celui ci ne sera pas mis en place.

L'allumage des feux flottants de la rade de Dunkerque a réalisé une amélioration très importante dont se louent hautement tous les navigateurs.

1866

En 1865, M. le Ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics avait prescrit de faire de nouvelles études générales sur l'ensemble du balisage des bancs de la Flandre française ainsi que sur les positions à assigner aux bouées destinées à indiquer la limite septentrionale de ces bancs.

A la suite de ces études est intervenu, le 12 mai dernier, une décision par laquelle M. le Ministre a fixé les positions définitives que devront occuper les bouées devant continuer le balisage extérieur des bancs de Flandre, a prescrit de reporter les feux flottants actuels, Mardyck et Ruytingen, le premier de 1 mille, le second de 2 milles 1/2 vers l'Ouest et de donner à ce dernier, deux mâts supportant chacun un feu fixe blanc, enfin, a autorisé l'établissement d'un nouveau feu flottant, lequel, mouillé à l'extrémité nord-est du banc de l'Out-Ruytingen, sera surmonté d'un appareil à éclats rouges se succédant de 30 secondes en 30 secondes, et ayant une portée de 11 milles environ.

1869

L'éclairage des ports, rades et passes navigables du Nord comporte un phare et des feux de marée à Gravelines ; un phare, un feu sur le Leugenaer, et des feux de marée à Dunkerque ; enfin, trois feux flottants dont deux, le « Dyck » et le « Snow », jalonnent l'entrée ouest de la rade de Dunkerque, tandis que le troisième, le « Ruytingen, » signale en même temps l'extrémité du banc de l’Out-Ruytingen et la route à suivre pour éviter les bancs de Flandre en allant à Calais.

1884

Pour répondre à un vœu formulé par une commission nautique et tendant à voir augmenter la portée des feux qui jalonnent l'entrée de la rade, nous présenterons en juillet 1884 à l'examen de l'administration supérieure des propositions ayant pour but d'essayer la substitution de l'éclairage par le gaz riche à l'éclairage par l'huile de schiste pour le « Dyck». Si l'administration accueille nos propositions et si l'essai réussit, la modification apportée dans l'éclairage du « Dyck » réalisera le vœu des marins qui fréquentent le port de Dunkerque, d'abord en augmentant la portée lumineuse du principal feu d'entrée de la rade, puis en rendant sa portée géographique constante par l'adoption d'un appareil léger, capable d'être maintenu à la tête du mât en tout temps. Aujourd'hui on est obligé de descendre les feux souvent à minima, à cause du poids des appareils qui ne pourraient être maintenus, par gros temps, à leur hauteur réglementaire.

Le phare de Dunkerque est éclairé à l'électricité depuis le 1er Octobre 1885 : le feu nouveau est scintillant, à groupes de deux éclats blancs.

1887

Phares. L'éclairage du phare à l'électricité est satisfaisant.

Feux, flottants. — On s'occupe de l'amélioration de ces feux, souvent, recommandée par le Conseil général. Celui du «Dyck» va être rapproché de Dunkerque, Ses deux feux vont être remplacés par un feu unique, tournant, à éclipses, beaucoup plus puissant, comportant tous les perfectionnements apportés aux feux anglais.

1888

Les trois feux flottants du « Snow », du « Dyck » et du « Ruytingen » éclairent les abords de Dunkerque.

Les marins se plaignent depuis longtemps de l'insuffisance de portée et d'éclat de ces feux.

L'Administration, par une décision du 17 mars 1886, a reconnu la nécessité d'améliorer l'éclairage du «dyck» et a prescrit de rapprocher le bateau de Dunkerque et de remplacer ses deux feux par un feu unique tournant à éclipses, beaucoup plus puissant, comportant tous les perfectionnements admis dans ces dernières années sur les feux anglais.

Les appareils ont été essayés et paraissent devoir donner des résultats satisfaisants. Ils ont été installés sur un bateau en bois , acquis par l'État en 1882 , qui a été aménagé pour servir de bateau-feu. Le bateau a été mouillé sur l'emplacement nouveau assigné, et le feu a été allumé le 8 juillet ; on devra atténuer les effets du roulis qui dans le gros temps rendent le service pénible. Un crédit de 37,680 fr. a été affecté ace travail sur les exercices de 1887 et 1888.

Un crédit de 51,000 fr. est ouvert sur l'exercice de 1888 pour la restauration du bateau qui sert de rechange aux trois bateaux-feux.

Enfin, un crédit de 130,000 fr. doit être employé cette année à la construction d'un nouveau bateau-feu, en acier, dont le projet est actuellement soumis à l'examen d'une Commission locale.

1892

L'Administration, par une décision du 17 mars 1886 , a prescrit de rapprocher le Dyck de Dunkerque et de remplacer ses deux feux par un feu unique tournant à éclipses beaucoup plus puissant, comportant tous les perfectionnements admis dans ces dernières années sur les feux anglais.

Le nouveau feu avait été installé en 1888 sur un bateau : qui éprouvait dans les gros temps des mouvements de roulis très gênants ; ce bateau, après avoir été muni de quilles de roulis qui ont atténué dans une forte proportion les inconvénients constatés , a été remis en place le 10 juin 1890 et fait depuis cette époque un service très régulier.

Un bateau feu en acier, construit en 1889-1890, remplace, depuis le 28 janvier 1891, l'ancien « Ruytingen ». Ce bateau est muni d'appareils lumineux semblables à ceux qui sont installés sur le nouveau « Dyck » et en outre d'une trompette mue par des machines à air chaud.

1902

Mise à l’eau du grand bateau feu Sandettie aux chantiers Dyle et Bacalan de Bordeaux

 

Sources

 

Archives Municipales de Dunkerque (CUD)

Les bateaux-feux dunkerquois sont rapidement devenus des éléments indispensables à la sécurité des navigateurs. Ils seront d'ailleurs sollicités dans quelques sauvetages du 19e

 

En permanence au mouillage au large de Dunkerque il était logique que la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés y installe à demeure des équipements de sauvetage.

 

Inventaire du bateau feu Ruytingen en 1870

Bateau feu