23 avril 1872

Sauvetage du lougre français LIONNE

5 hommes sauvés

 

Patron du canot :
Pierre Joseph Leprêtre

Armement du canot de sauvetage

 

 

Gravelines :

 

Vers dix heures du matin, le lougre français LIONNE, chargé d'œufs à destination de l'Angleterre, sortait de Gravelines par une petite brise d'est-sud-est.

Pendant la nuit, il avait venté grand frais de la partie de est-nord-est. Ce brusque changement dans la direction du vent avait rendu la mer très-grosse, très creuse, surtout à l'entrée des jetées.

A peine la LIONNE débouquait-elle du chenal, que la brise tomba complètement. Privée alors de l'action de son gouvernail, ballottée par les lames, la LIONNE ne tarda pas à être drossée sur les pilotis de la digue de l'Ouest, où elle vint talonner avec violence et se crever. Les coups de mer, qui déferlaient à bord presque constamment, l'inclinèrent sur bâbord et, en la soulevant, finirent par l'échouer de l'autre côté de la digue, où elle disparut presque instantanément.

Aussitôt que de terre on eût aperçu le pavillon en berne, le patron du canot de sauvetage, Leprêtre, le fit mettre à la mer et fit route sur le navire ; mais la violence des lames ne permit pas au canot de l'accoster.

Le patron comprit de suite le danger et vint jeter son ancre près de lui. Puis, au moyen d'une amarre filée du bord, il se toua sous le beaupré et recueillit ainsi les cinq hommes composant l'équipage de la LIONNE, qui purent arriver à terre sains et saufs.

Grâce à la prudence et au coup d'œil du patron, tout s'est passé sans qu'il y ait eu le moindre accident à déplorer, bien que la mer fût très dure au moment où s'est opéré le sauvetage, qui fait le plus grand honneur au dévouement déjà si éprouvé de nos canotiers. Moins de dix minutes après l'aperçu du sinistre, ils étaient arrivés au secours du navire naufragé.

Toute la population maritime du Grand Fort Philippe a été témoin du courage et de l'activité qu'ils ont déployés dans cette circonstance. Elle a pu apprécier encore une fois toute la sécurité qu'offrent dans la tempête ces embarcations de sauvetage, surtout quand elles sont dirigées par un homme comme le brave patron Leprêtre

 

BNF Gallica Société centrale de sauvetage des naufragés 1866 – 1939