Durée

de la sortie

3H00

Novembre 1868

Sauvetage du LAPEROUSE-

9 personnes sauvées -

 

 

 

 

Armement du canot lamaneur

 

 

 

 

 

Dunkerque :

Parti de Dunkerque à 11 heures ½ avec petite brise d’Est, le pilote quitte le navire à12 h 00. Il fait route au O.N.O à trois heures, les vents passés au O.S.O puis S.O.

Ayant louvoyé avec,  en permanence, un homme à la sonde* accusant 7 brasses, le commandant Jourdin H donne le commandement de virer de bord lorsque le navire touche la partie ouest du Braeck Banc par 12 pieds d’eau partout.

Le navire n’a pas fatigué. À 10 heures dans le fort grain, le navire s’est retiré. Les vents au nord puis N.O et O.N.O forte brise et la mer était très grosse par 7 brasses tribord amures.

Il vire de bord afin de revenir mouiller au bateau feu de Mardick. Il mouille  à minuit tout près de celui-ci. O.N.O par 15 brasses de fond. Ses deux ancres filent 45 brasses sur l’ancre de tribord et 30 brasses sur celle de babord. À quatre heures le navire a donné un fort coup de talon. La mer était tellement grosse que le navire était couvert et entièrement plein d’eau .**

Le navire avait  beaucoup chassé car le sondage annonçait 4 brasses ½ d’eau arrière.Le commandant voulut faire virer immédiatement mais un deuxième coup de talon a démonté son gouvernail, puis les secousses sont devenues plus fortes.

Il fait mettre ses embarcations à la mer et embarquer les effets des 8 hommes d'équipage avec la crainte que sa mature ne tombe.

À 8 heures 30, ils abandonnent leur navire tous les bordées arrière étant déclouées. Le navire est plein d’eau.

La mer déferlant par-dessus, ils restent jusqu’à neuf heures près du bord avec le canot et la chaloupe à la remorque sans arriver à avancer.

Un bateau lamaneur les prend en remorque jusqu'à  Dunkerque où ils arrivent  avec tous les hommes qui ont pu sauver tous leurs effets.

 

* La sonde se fait avec un cordage avec une masse de fonte et des noeud à intervalle régulier pour compter les brasses.

pour en savoir plus sur cette technique c est ici.

**Il a mouillé près du bateau feu "mardick " sur ancres affourchés (deux ancres) il prouve ainsi sur le rapport son sérieux, mais les ancres n'ont pas ou mal croché et le bateau a dérivé , il a chassé et s'est retrouvé sur les bancs , il a talonné fortement

 

 

 


Source

 

Centre de Mémoire Urbaine de Dunkerque - Journal l'Autorité novembre 1868