28 novembre 1857

Sauvetage du trois-mâts AMELIA

Equipage  sauvé

 

 

 

 

 

 

 

 

Commandant Pollet

 

Armement du bureau Intégritas

 

Mer des Antilles

Le trois-mâts AMELIA expédié de la réunion pour Nantes, est entré en relâche forcée à la Pointe-à-Pitre, le 6 décembre :

Le 26 novembre, étant à 360 lieues environ dans le sud-ouest des Açores, l’AMELIA se trouvait en danger par suite d’une voie d’eau considérable qui s’était déclarée dans la   carène, en même temps qu’il était assailli par un fort coup de vent de nord-est. Le capitaine, M. Lafontaine, fit route aussitôt pour chercher un refuge au port le plus accessible.      

On était à 5 ou 600 lieues de la Guadeloupe. L’équipage et les passagers, nuit et jour attachés aux pompes, rivalisaient de zèle pour le salut commun. Les inquiétudes croissaient à chaque instant, mais, à l’exemple du capitaine Lafontaine, nul ne se décourageait

Le 28 au matin l’AMELIA fut rencontrée  par le navire BUREAU INTEGRITAS de Dunkerque, Capitaine Pollet lequel après avoir aperçu les signaux de détresse de l’AMELIA se mit en communication avec ce navire et résolut spontanément de l’escorter jusqu'au port de salut, se tenant toujours prêt à sauver en cas de sinistre l'équipage de l’AMELIA renonçant ainsi à la supériorité de marche de son navire et aux intérêts de son propre voyage.  C'est ainsi que le 6 décembre après 8 jours d'une navigation pénible l’AMELIA mouillait dans le bassin de Pointe-à-Pitre suivi de son escorte et que le capitaine Pollet  recueillait en débarquant les remerciements du commerce et les félicitations de la ville entière

 

Sources

Le moniteur universel du 2 février 1858