décembre 1856

Sauvetage du PROSPER

Équipage sauvé

 

Commandant du Henry IV

Salomez-Despriez

Armement du Henry

 

 

 

Méditérranée

 

Le commandant Guinement commandant le PROSPER fait parvenir ce courrier au journal l’Autorité :

 

à Monsieur Henry Salomez, capitaine au long cours commandant le vapeur HENRY 4 de Marseille,

Je viens m'acquitter envers vous de la dette de reconnaissance que j’ai contractée par l’empressement généreux et la manière courageuse avec laquelle vous êtes venu à mon secours samedi dernier me trouvant de 25 à 30 lieues de Planier, dans une position des plus critiques.

Après le terrible abordage que mon navire venait de subir, ayant perdu mon beaupré, l'avant du navire fracassé, le mât de misaine brisé au dessous du cercle de bastingage, le mât à hune et de perroquet, le grand mât de hune également brisés, dans l'impossibilité de manœuvrer, je me trouvais par une forte mer dans une position qui réclamait une aide à la fois prompte, intelligente et courageuse.

Complètement désemparés, sans aucune voilure, abandonnés à la grosse mer, le pavillon en berne, vous ne nous avez pas plus tôt aperçus que vous êtes accourus à nous pour nous prendre à la remorque et nous mettre en sûreté dans le port de Marseille.

De pareils actes, monsieur, honorent votre caractère d'homme et de marin ; veuillez agréer mes plus sincères remerciements et ceux de tout mon équipage. Que serions-nous devenus sans vous, abandonnés à nous mêmes dans la situation que nous avait faite l’abordage, si la tempête avait augmenté ?

L'expression de notre gratitude doit être publique, et malgré votre modestie bien connue, vous nous pardonnerez de donner à cette lettre l'éclat de la publicité. Vos concitoyens ne doivent pas ignorer qu'une fois encore, comme si souvent déjà : un navire, une cargaison importante ont été sauvés par vous

Agréez, ….

H Guinement

L ´Autorité 16 décembre 1856