19 mars 1951

-Sauvetage d'un radeau-

1 hommme sauvé

 

Gaspard Neuts

 

 

Dunkerque

Un radeau sur lequel se trouvait un ouvrier était entraîné vers la mer par le courant de la marée descendante. De divers cotés, on avait lancé, au passage, des amarres que le pauvre ouvrier n'avait pu saisir. Le capitaine Neuts, qui se trouvait sur son bateau de pêche, amarré assez loin le long de l'estacade, lança aussi un cordage et chercha à l'aide d’une gaffe à retenir le radeau mais sans être plus heureux. Ne rencontrant plus d'obstacle, le radeau sortit du chenal et prit le large, au grand effroi de l’ouvrier qui savait que son fragile plancher n’était pas consolidé pour résister même quelque peu à l'effort des vagues, et, dans ce moment, le vent était violent et la mer très grosse. Le brave Neuts, jugeant la gravité de la position et ne pouvant savoir quelqu'un en danger sans tenter de le secourir, s’élance dans une faible yole. Mais la mer étant presque basse, il doit, pour la mettre à flot, descendre dans l’eau jusqu’à mi-corps.

Alors avec sa chétive embarcation, où il est exposé lui même, il se dirige, non sans peine, vers le radeau qu’il atteint et parvient à ramener au port.

Il était temps, car les planches se disjoignaient, et le pauvre ouvrier, déjà mouillé et atterré par l’imminence du péril qui le menaçait, n’eût guère tardé, sans doute, à être entraîné par les vagues. Il doit son salut à l’énergique résolution du brave capitaine Neuts, qui compte ainsi une bonne action de plus.

 

 

 


 

 

Centre de la Mémoire Urbaine - comptes-rendus de la Société Humaine de Dunkerque