Le Dagmar et Amiral Ronarc'h au port

12 avril 1950

-Sauvetage du DAGMAR-

3 personnes sauvées

 

 

Patron du canot

Auguste  Brunet

Sous-Patron

Jules Decoster, Louis Bossu

Armement de l'Amiral Ronarc'h

Pierre Coloos, Joseph Bouteille

Armement du Maashaven

 

 

 

 

 

Dunkerque


Dans la soirée de lundi, le bureau du port de Dunkerque était alerté qu'un yacht hollandais le DAGMAR s'était échoué sur le Gros Jack (banc de sable au large de Dunkerque) et se trouvait en situation périlleuse.

Le canot de sauvetage AMIRAL RONARC'H prit aussitôt la mer, bientôt suivi par le remorqueur MAASHAVEN.

Le yacht était un élégant bâtiment blanc qui avait touché la partie nord du banc à l'endroit, où déjà, de nombreux bâtiments se sont échoués.

A bord, il y avait trois personnes, un homme et deux femmes.

Le patron du yacht étant blessé,  et une lame ayant emporté le radeau de secours en caoutchouc, il était temps que les sauveteurs dunkerquois interviennent.

C'est  grâce à son faible tirant d'eau que le canot put s'approcher du bâtiment et le renflouer.

Ce n'est que vers 21H30 que le petit yacht  rentrait au port en remorque du canot de sauvetage.

 

Rapport de la SCSN

 

A 17 h. 45, je suis prévenu téléphoniquement par les soins de la capitainerie du Port qu'un yacht est en perdition, devant Bray-Dunes, et qu'il convient d'armer le canot de sauvetage immédiatement. Très peu de temps après, je suis sur le quai, je rassemble l'équipage , et à 18 h. 02, nous quittons notre poste pour arriver à 19 heures sur les lieux du sinistre.
Par mer houleuse de N. E., nous avons contourné le banc Gros-Jacques et, la sonde à la main, après avoir mouillé l'ancre par l'arrière (et bien que la sonde accusât des fonds de plus de 2 mètres), nous avons talonné légèrement à plusieurs reprises en embarquant des paquets de mer.

Nous réussîmes, après maintes difficultés, à nous approcher du yacht hollandais DAGMAR, du port de Mujden, ayant comme équipage un homme et deux femmes, munis de leur ceinture de sauvetage. L'homme était blessé et une lame venait d'emporter le radeau de caoutchouc. Arrivés à 6 mètres, nous donnons notre remorque. En relevant doucement notre ancre, je constate qu'à chaque levée du yacht par les lames, il avance légèrement vers les fonds plus profonds.

Lorsque notre ancre fut haute et claire, j’accélère doucement mes moteurs.

A 19 h. 30, je vois le yacht déséchoué, je conseille à son capitaine de larguer sa chaîne d'ancre, dont une bouée à orin blanche et noire indique la position.

Un remorqueur de la S.D.R.S., alerté pour la même cause, n'a pu intervenir et reste par des fonds plus profonds à cause de son tirant d'eau. J’amène le DAGMAR près de lui et conseille au Capitaine de ce yacht de prendre la remorque du remorqueur, car notre mission était terminée, mais il refuse, et comme il est dépourvu d'ancre, je dus le remorquer jusqu'au port, après m'être fait escorter par le remorqueur muni de pompes, au cas où le yacht aurait coulé, vu qu'il faisait eau suite à sa grande fatigue sur le banc (où son inclinaison atteignait 60°) et que ses moteurs étaient noyés.

A 21 h. 20 le DAGMAR était en sûreté. Au cours de notre opération de remorquage, nous avons perdu le tolet de l’aviron de queue

 

 

 

 

Lettre du propriétaire du DAGMAR M.C Bastet

 

Cher Monsieur le Président, C'est avec une grande joie que je m'adresse à vous pour vous remercier de tout mon cœur des grands services que votre organisation à Dunkerque m'a rendus le douze Juin de cette année. Ce jour je me trouvai avec mon yacht le DAGMAR en grandes difficultés sur un banc, appelé le « gros Jack », près de la bouée E. 5, venant du côté Est, à destination de Dunkerque. J'étais avec deux dames sur mon bateau et ne disposant que d'une Carte Anglaise (Adrniralty Chatt) à trop petite échelle, je passais cette bouée à environ deux cents mètres à bâbord. Puisque à gauche de cette butte se trouvait une épave et que la carte montrait assez d'eau à droite de la bouée , je doublais la bouée de ce côté là. Il était cinq heures de l’après-midi quand je touchai le fond, et l'eau baisserait encore jusqu'à 7 heures. Malgré tous nos efforts il n'était pas possible de retourner à moteur qui, par suite de grosses lames, était mouillé et ne marchait plus. Je mouillai l'ancre et le bateau avait dû subir d'énormes chocs. Craignant que le bateau ne se casse, j'ai mis mon pavillon hollandais en détresse.

Heureusement grâce à la minutieuse attention de votre personnel, on a remarqué que j’étais en difficultés et le canot de sauvetage AMIRAL RONARCH est sorti du port de Dunkerque à notre secours.

Il apparut sur place à 7 heures et put nous tirer du banc et ramener au port vers 8 heures. Nous avions la vie sauve et même le bateau était sauvé encore qu'il eût subi de graves dégâts. Je fis faire une réparation de fortune afin d’être à même de rentrer en Hollande sous voile. En 12 jours c'était fini. Maintenant que je suis rentré en Hollande, je m'empresse de vous écrire le récit de mon accident et de vous témoigner mon désir de rendre hommage aux gens de votre service à Dunkerque et de les remercier et féliciter de leur audace et agilité. Étant donné la pénurie de devises dans notre pays, il sera difficile de trouver les moyens de transférer des florins en francs français, mais quand même, je ferai de mon mieux pour obtenir de la Banque Néerlandaise la permission de transférer une somme — soit elle petite — pour en faire don à votre organisation en témoignage et symbole de ma profonde gratitude pour l'aide qui m'a été rendue. Je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, l'assurance réitérée de ma vive reconnaissance et de mes sentiments de haute considération. BastetLettre du propriétaire du DAGMAR M.C Bastet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Source

Centre de la mémoire urbaine La Voix du Nord

Credit photographique Voix du Nord et collection Alain  Derenoncourt

Annales de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés - SNSM Paris

 

 

 

 

 

Equipage MAURICE MARGUERITE

Le remorqueur MAASHAVEN

Remorqueur de 1938  et de 450Cv

 était en gérance dans le port de Dunkerque

L'Amiral Ronarc'h et le Dagmar au port

Remorqueur MAASHAVEN

Durée de la sortie

3H45