Septembre 1833

-Sauvetage du BRICK  DALMARNOCK

Equipage sauvées

Bateau de pêche  Jeune Joseph

Maréchal

Bateau de pêche  Télémaque

Vanorbeke

Bateau lamaneur 2

Macquet

 

 

 

Dunkerque 

 A la suite de l'affreuse tempête qui a régné sur nos côtes dans les premiers jours de septembre dernier, le brick anglais DALMARNOCK, capitaine Macfarlane, allant de Xewbedford à Bremen, avec un chargement d’huile de baleine, vint échouer dans notre rade sur le Breackbanc.

L’imminence du danger détermina le capitaine Macfarlane à descendre dans les embarcations, ainsi que son équipage. Dans cet état, il fut secouru par le bateau de pêche de Dunkerque TELEMAQUE, patron Vanorbeke qui les recueillit avec une partie de leurs bagages.

Sur ces entrefaites, deux embarcations appartenant également au port de Dunkerque, le bateau de pêche JEUNE JOSEPH , patron Maréchal, et le bateau lamaneur n° 2, patron  Macquet, abordèrent DALMARNOCK, et s’occupèrent des moyens de le sauver.

Aussitôt le capitaine Macfarlane, qui louvoyait à quelque distance, afin d’observer quel serait le sort de son bâtiment, s’empressa de retourner à bord ; mais les sauveteurs voulurent, par la force, lui en interdire l’accès et diriger seuls les manœuvres. Néanmoins le capitaine, étant monté sur le pont, s’y maintint avec son second et un autre marin ; le reste de l’équipage se réembarqua sur le TELEMAQUE, et suivit le navire, qui fut renfloué et conduit dans le port de Dunkerque. Alors, le patron  Vanorbeke , et les hommes du TELEMAQUE, se prétendant sauveteurs de l’équipage, assignèrent le capitaine MACFARLANE   au paiement d’une indemnité de 15,000 fr.

De leur côté, les équipages des deux autres embarcations, comme sauveteurs du bâtiment et de la cargaison, réclamaient le tiers de leur valeur, invoquant les dispositions de l’art. 27 de l’ordonnance de la marine de 1681.

Le tribunal de commerce de Dunkerque, après avoir joint les deux causes, entendit les parties sur le fond de leurs demandes respectives, et par jugement du 8 courant accorda au bateau TELEMAQUE , et aux marins qui le montaient, une indemnité de 3,000 fr. mais, par le motif que le DALMARNOCK  n’avait été ni abandonné, ni trouvé en pleine mer, comme l’exige l art. 27 de l’ordonnance de 1681, il n’accueillit pas la demande du tiers de la valeur des objets sauvés, et alloua aux embarcations et aux équipages de Maréchal et de Macquet, une indemnité de 12,000 fr. On assure que la valeur seule de la cargaison est de 150,00 fr.

Nous espérons faire connaître incessamment à nos lecteurs les considérant de ce jugement, remarquable par la jurisprudence qu’il adopte en matière de sauvetage. Nous pensons qu’il sera lu avec intérêt dans toutes les localités maritimes.{La Vigie.)

Source

LE MONITEUR UNIVERSEL 14 Octobre 1833.