4 février 1825

-Sauvetage de la goélette britannique THOMAS ELEONORE-

Équipage perdu seul le pilote est sauvé

 

Participant au sauvetage

Gaspard Neuts

 

Dunkerque

La marée, déjà grosse, était poussée encore avec la plus extrême violence par un vent de nord-est. L’eau débordait de toutes parts. Elle envahissait les quais et les estacades.

Ce fut alors qu’une goélette anglaise de Whirby le THOMAS ELEONORE, capitaine Winn, fut rejetée du chenal sur la côte, et se trouva bientôt dans la plus affreuse détresse. Le malheureux navire était ballotté par les vagues, sous lesquelles il disparaissait de temps à autre, et les matelots éplorés s’étaient réfugiés dans les haubans.

Une grande foule se répandit sur le port, on se disposait à mettre un canot à la mer mais, à la vue d’un péril pour ainsi dire insurmontable, personne ne voulut braver les menaces de la tempête et se hasarder sur la barque de sauvetage.

"J'y vais" s'écria  Gaspard Neuts qui se jeta dans le fragile esquif et se laissa froidement emporter par les lames. Il parvint à rejoindre les naufragés, après mille péripéties des plus saisissantes, dont la population vivement impressionnée fut témoin sur le rivage.*

Mais les hommes de la goélette ne purent profiter de ce généreux secours. Tous périrent en tendant les bras vers leur libérateur. Gaspard Neuts, dans cette entreprise, se fit une blessure à la main.

Il n’en réussit pas moins à sauver le pilote dunkerquois Melchior Fontaine qui s’était rendu à bord du THOMAS ELEONORE.

Enfin, notre héros était tellement épuisé par sa lutte avec la mer, qu’on fut obligé de le hisser sur l’estacade. Il était privé de sentiment.

En récompense du trait de courage que nous venons de rappeler, M. le Ministre de l’intérieur décerna à Gaspard Neuts une médaille en argent, grand module. Ce signe d’honneur lui fut délivré en séance solennelle, le 28 septembre 1825, par M. le maire de Dunkerque, qui était, à cette époque, M. Degravier aîné.

 

Sources:

BNF Gallica Mémoires dunkerquoises.

La Dunkerquoise 14 mai 1846 Selon  La Dunkerquoise du 18 mars 1851 des hommes auraient été sauvés.

 

 

 

Le  26 septembre 1825 M Degravier Ainé, Maire de Dunkerque remettra, au nom du Ministère de l'Intérieur une médaille au sauveteur