20 mars 1923 

-Sauvetage d'un bateau du pilotage-

3  personnes sauvées

 

 

 

 

 

 

Patron du remorqueur

Thomas Salomont

Armement du remorqueur Ulysse

Armement du canott Rochefoucault

 

 

Dunkerque

Vers une heure du matin , un abordage qui a failli faire quatre victimes s’est produit à l’entrée des jetées.

Le bateau pilote numéro 5, qui revenait de la rade ou il avait été déposer un pilote à bord du vapeur danois PRIMULA a été abordé par le vapeur français la ROCHEFOUCAULT lequel retournait à Tyne après avoir déchargé au port.

Le pilote Jacques Fournier reçoit un appel du guetteur pour l’arrivée d’un vapeur réclamant un pilote. Il part aussitôt mettre un pilote à bord du bateau demandeur.Il est accompagné du mécanicien Mingand et des matelots Vérove, Decoster et Leroy . C’est Leroy qui est mis à bord du PRIMULA pour assurer l’entrée du navire.

Le patron pilote revient alors vers son poste d’amarrage quand il aperçoit devant lui la grande voile d’un pêcheur qui sortait sans avoir allumé ses feux. Afin de l’éviter il donne un coup de barre à tribord et évite le pêcheur. Malheureusement il n’a pas vu le vapeur qui était juste derrière lui mais était masqué par la voilure du pêcheur. Il renverse la vapeur mais l’inévitable se produit

Coupé en deux le pilote N°5 coule aussitôt. Le mécanicien et les deux matelots sont projetés à la mer. Le patron qui était dans le roof coule avec le bateau. Arrivé au fond il arrive à se dégager et remonte à la surface. Il se débarrasse non sans mal de sa capote et s’accroche à des épaves flottantes.

Il arrive à rejoindre le canot du bord qui est quille en l’air. Il y retrouve le mécanicien Mingand et le matelot pilote Vérove. Les trois malheureux n‘arrivent pas à redresser le canot qui joue à la toupie. Exténués ils allaient lâcher prise quand l’Hercule commandé par le commandant Salomont arrive et parvient à les sauver tous les trois.

Le LAROCHEFOUCAULT avait pour sa part mis un canot à l'eau et le remorqueur PREMIER arrivait aussi sur place. Ils se mirent à la recherche du matelot Decoster que l’on croyait perdu mais qui avait réussi, drossé par le courant à débarquer sur la jetée ouest.


Le commandant Salomont déclare

J'allais en mer offrir mes services au PRIMULA. Il allait doubler les jetées quand il aperçut le bateau pilote. Entendant un bruit de collision il fait demi-tour et se porte vers le lieu de l’abordage. Au risque de se faire des avaries il navigue entre les épaves pour explorer avec le Premier et le canot du ROCHEFOULCAULT les lieux du sinistre.

Apercevant les 3 hommes accrochés au canot il sauve à l'aide d’une ligne celui qui lui paraissait le plus en danger et qui émergeait à peine au-dessus de l’eau. Ce malheureux évanoui est déposé sur le pont. C’est le patron Fournier qui a 45 ans de navigation a commencé sa carrière à 9 ans comme mousse à bord d’un islandais. Il était surpris de se voir encore vivant. Il sauve ensuite les deux autres hommes.

Les trois bateaux ne quittent les lieux qu’une fois avoir appris que le matelot Decoster était sauvé. Decoster, dont le père est également pilote avait cru sa dernière heure venue

 

M Benard Commandant du port

Il se rend aussitôt sur les lieux. Bien que l’entrée du port ne soit pas obstruée il fait hisser les signaux pour en interdire l’accès. Après s’être rendu compte que, les mouvements pouvaient se faire en faisant attention, il autorise le PRIMULA rejoindre son quai en restant à l’écart de l’épave.

 

Le pilote N°5 est un ancien chalutier à vapeur anglais le DRIIT acheté par le pilotage il y a 5 ans.

LE LAROCHEFOUCAULT de jauge 1412 tonneaux est commandé par un ancien du remorquage dunkerquois le commandant Papail qui connaît parfaitement le port. Aucune faute ne peut lui être imputé. Selon le patron Fournier la faute en incombe au pêcheur.

 

 

Sources

Le Nord Maritime du 21 mars 1923 

Bnf Gallica Presse Le Radical du 21 mars 1923

Archives de la famille Salomont