1er novembre 1822

-Sauvetage d'une embarcation

3 personnes sauvées

 

 

Canots lamaneurs

 

 

 

Dunkerque

Des jeunes gens appartenant presque tous à la classe de marins, au nombre de sept, s’étaient réunis dans un canot et allèrent se promener en mer.

Arrivés à environ une lieue et demie à l’ouest du port et à un quart de lieue de la côte, ils voulurent virer de bord pour rentrer. Soit impéritie, soit inadvertance, ils négligèrent le soin de retourner la voile, de sorte que le canot chavira. 

Un fort bateau pêcheur, chargé de harengs, les aperçut ; mais ne pouvant leur porter secours, il s’empressa, à son arrivée dans le chenal, d’en donner connaissance.

Aussitôt deux chaloupes, dirigées par deux canotiers experts, se rendirent en toute hâte au lieu du désastre, et eurent le bonheur de prendre à leur bord trois des naufragés qu’ils ramenèrent.L'un d’eux ne paraissait pas avoir beaucoup souffert ; on débarqua le second avec peine ; il était tremblant et avait la bouche écumante. Le troisième fut mis à terre et transporté presque mourant ; un quatrième se sauva à la nage et se réfugia au fort Risban.

Ce dernier était le fils du nommé Bazbin, l’un des patrons lamaneurs qui avaient secouru les malheureux naufragés. Tous les moyens possibles n’ont pu permettre de secourir les trois autres qui ont péri.On ne peut donner trop d’éloges au patron lamaneur Hollzer et  son équipage, qui, par leur empressement et leur humanité, ont rendu cet événement moins fâcheux qu’il eût pu l’être. On ne peut non plus se dispenser de louer le zèle des marins, qui se sont empressés de porter secours à ces infortunés.

 

Sources

Moniteur officiel de la République du 10 novembre 1822