12 juin 1921 

*secours à un bateau en péril*

1 personne sauvée par des  témoins, 1 disparu
 

 

 

 

Patron du canot

Gaston Etcheverry

 

Armement du Eugène Voiellaud

 

 

 

Dunkerque

Averti à 19h00 d'armer le canot pour  porter secours à un bateau en péril au large de Zuydcoote, Gaston Etcheverry  part, avec son équipage, à toute allure, à 19h12 vers les lieux du sinistre.

Ils arrivent à 19h50, à 150 mètres en face du sanatorium  par une mer peu agitée et une brise d'ouest. Malgré leur célérité, il est trop tard.

Un des deux membres de l'équipage du canot a disparu, l'autre a été sauvé par des personnes venues de la plage.

Rentrée au port à 20H10 avec un moteur qui a très bien fonctionné.

Le patron du canot regrette que l'alerte soit arrivée trop tard au bureau du port.

 

­ De la nécessité de rester humble et prudent face à la mer...

 

Un article du Grand Echo du Nord de la France du 15 juin 1921

Dimanche après-midi, un docteur de Tourcoing, M. Deblock, qui était arrivé le matin, en automobile, à Dunkerque, avec sa femme et un ami, 'officier belge, prenait possession d'une embarcation non pontée, longue d'une dizaine de pieds, qu'il avait achetée ces jours derniers à M. Guermonpré constructeur à Dunkerque. 

M. Deblock, qui avait fait cette acquisition dans le but de faire des promenades en mer en face de la digue de La Panne (Belgique), où il a une villa, devait faire conduire la barque par un marin dunkerquois, nommé Hollad. Mais ce dernier, quoique bon marin et courageux, avait déclaré qu'il ne partirait que par beau temps.

L'embarcation gréée en cotre n'étant, quoique neuve et bien conditionnée, bonne qu'à faire des promenades dans le port et tout au plus sur rade, mais par très beau temps.

Mais l'ami du docteur Deblock déclara qu'il se faisait fort de conduire la barque à La Panne. Et, malgré les sages conseils de M. Guermonpré et des marins et pécheurs qui se trouvaient près de la cale des pêcheurs où était amarrée l'embarcation, il se mit à la gréer.

Il se contenta de mettre quelques pierres comme lest. Au dernier moment, Mme Deblock, qui tout d'abord avait manifesté l'intention d'être du voyage, décida de gagner La Panne en auto.

Vers 17 heures, la barque quittait le port.

Les marins qui assistaient à l'appareillage constatèrent que le compagnon de M. Deblock ne s'y connaissait guère dans la navigation.

En effet, par trois fois, il aborda les jetées. M. Guermonpré leur cria de revenir. « Vous êtes des enfants ", leur cria-t-il, mais les deux hommes ne tinrent aucun compte de ces sages avis.

Un peu plus tard, le malheur que tous prévoyaient arriva. A environ 700 mètres du sémaphore de Zuydcoote la frêle embarcation, mal lestée, chavira sous voiles et de la côte, on vit les deux passagers qui se cramponnaient sur la quille du bateau.

Le sémaphoriste prévint la station de sauvetage de Dunkerque et le patron Etcheverry rassembla une équipe de 10 sauveteurs, qui sortirent aussitôt avec le nouveau canot de sauvetage à pétrole. Mais, quand ils arrivèrent sur les lieux, les deux hommes avaient déjà été recueillis par des pêcheurs zuydcootois, assistés d'un marin de Dunkerque, nommé Popieul.

Malheureusement, tous les efforts faits pour ramener le docteur à la vie furent inutiles. Quant à son compagnon, après avoir reçu des soins, il repartit en auto en Belgique.

Le corps de la victime de ce terrible accident a été déposé à la mairie de Zuydcoote.

L'autorité maritime a ouvert une enquête sur cet accident.

M. le docteur Maurice Deblock n'était âgé que de 37 ans. Il s'était établi, quelques années avant guerre, à Tourcoing, où il habitait boulevard Gambelta.

 

Source :

BNF Gallica  Annales du sauvetage maritime

Le Grand Echo du Nord de la France du 15 juin 1921

 

 

 

Canot Eugène Voiellaud