10 août 1945 

Sauvetage du MINCA 32

6 personne sauvée
 
 

 

 


 

Gravelines

Un bateau se trouvait en détresse à environ 4 milles à l'ouest du port de Gravelines. Il faisait une tempête de vent de nord avec pluie et une mer démontée, je fis prévenir le mécanicien et quelques hommes de l'équipage ainsi que trois volontaires et partis à l'abri préparer les moteurs et le matériel et attendre que la mer soit montée pour pouvoir sortir le plus vite possible.

Il était environ 13 heures quand nous pûmes lancer le canot avec beaucoup de difficultés à cause des bateaux pêcheurs qui accostent à l'emplacement de la cale de lancement et qui gênent beaucoup la manœuvre du canot de sauvetage.

Aussitôt, nous fîmes route sur les lieux indiqués et nous avons trouvé un bateau transporteur anglais le MINCA 32, monté par six hommes d’équipage : un capitaine et cinq soldats appartenant tous à la Royal Army Service Corps, qui se trouvait en détresse au pied de la basse mer et chassait sur ses ancres et risquait à tout moment de se faire sauter sur les pieux Rommel chargés de mines et de gros obus qui jalonnent toute la côte et risquant nous-mêmes de nous faire sauter sur ces engins meurtriers.

Malgré la mer démontée et la tempête, je risquai d'accoster le bateau, car il fallait faire l'impossible pour sauver la vie des naufragés. Je fis mouiller l'ancre à cent mètres environ au vent et en culant dessus et lançant une amarre à bord, nous parvînmes à l'accoster, les six naufragés se jetèrent tour à tour dans les bras des canotiers en profitant du roulis, car à ce moment-là, avec la force du flot et la tempête de vent de nord, nous étions en travers à la mer et c'est avec beaucoup de difficultés que nous avons pu les recueillir à notre bord.

Aussitôt les naufragés à bord, je fis lever l'ancre et fis route sur Gravelines où je débarquai les six naufragés sains et saufs. II était environ 16 heures. Je fis transporter les naufragés au centre d'accueil de la Croix-Rouge.
Grâce à Mme Maurice TORRIS, ils y ont été réchauffés, réconfortés et dirigés ensuite sur Calais.

 

 

 

Source:

Annales de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés

 

 

 

 

Patron du Maurice Pinel

Edouard Brunet

Sous-patron

Edouard Whitehead

Mécanicien

Louis Jonnekin

Médaille d'Or Baron de Joest
au patron Edouard brunet

Médailles de Bronze
au sous-patron Edouard Whitehead et au mecanicien Louis Jonnekin.

Prix Marie Antoinette Bourgeois (2.000 francs). Prix de Mme Dailly (1.000 francs) et Prix Emile Robin (500 francs)

A l'armement du canot de sauvetage à moteurs Maurice-Pinel.