Avec l'adhésion de la société Humaine  de Dunkerque à la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés l'organisation du sauvetage à Dunkerque est géré par cette société qui établit des règles et procédures.

 

Procédure de sortie du canot de Dunkerque en 1875

Le canot de sauvetage est installé dans un abri provisoire en briques et planches, à la naissance de l'estacade Est, de l'autre côté de la route. Il est à une vingtaine de mètres de la rampe d'accès construite pour le descendre dans le chenal, manœuvre qui avec des hommes exercés se fait en moins de dix minutes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'opération de remonter le canot exécutée au moyen d'un treuil fixé dans l'axe de la cale est très facile ; l'équipage seul y suffit. Une fois dans le chenal, le canot pour arriver au bout des jetées doit parcourir une distance d'environ 1300 mètres, qu'il est obligé de franchir à l'aviron ; avec le courant et le vent debout il perd ainsi un temps précieux.

Ceci n'a lieu heureusement qu'à marée basse. Lorsqu'il y a assez d'eau sur la barre pour leur permettre de passer, les remorqueurs appartenant à la chambre de commerce ont toujours, bien voulu prêter leur concours pour sortir le canot et le conduire sur le lieu d'un sinistre.

Dès que les travaux d'agrandissement de la ville seront terminés, la maison-abri sera construite à 600 mètres plus loin, près des fortifications. Un plan incliné à pente douce servira pour la mise à l'eau du canot dans le chenal, ou une tranchée faite dans la digue qui borde le rivage permettra de le conduire sur la plage de l'Est, si le besoin s'en fait sentir.

La rade de Dunkerque est formée au nord par les bancs de Flandre courant tous dans une direction à peu près parallèle, variant du Nord-Est , au Sud-Ouest et de l'Est-Nord-Est. à l'Ouest-Sud-Ouest. Ces bancs s'étendent à une très grande distance et sont séparés par des fosses profondes.

Un bâtiment mal dirigé ou désemparé, engagé dans ces dangereux parages, n'a d'autre ressource que de mouiller dans une de ces fosses presque à l'accore des bancs qui sont très rapprochés. Le secours d'un canot de sauvetage lui est alors utile pour embarquer l'équipage si le danger est imminent, lui donner un pilote ou aider un vapeur à prendre la remorque.

La côte sud de la rade est une plage de sable très plate, où des navires cassant leurs chaînes ou manquant l'entrée du port viennent quelquefois s'échouer.

A moins que le bâtiment ne soit bien vieux ou lourdement chargé, les équipages ont tout intérêt à rester à bord jusqu'à ce que la mer soit assez descendue pour qu'ils puissent débarquer à pied sec.

Dans ces circonstances, le canot de sauvetage est cependant toujours mis à la mer et disposé pour rendre des services ; les canons porte-amarres et l'appareil va-et-vient sont conduits à l'endroit de la plage le plus favorable pour aider au sauvetage des équipages.

​​

Sources :  

BNF Gallica Société centrale de sauvetage des naufragés 1866 – 1939

 

 

Ecluse des chasses et station de sauvetage  

Juste à gauche de l’écluse du canal on aperçoit la rampe de descente du canot.

L'abri canot type de la SCSN avec la rampe pour descendre le canot