13 janvier 1911

-Sauvetage du Alexandre et Petit Julien-

Le patron du 550 en sauveteur

 

17 hommes sauvés

 

 

 

 

Patron du canot

Alfred-Joseph François Brunet

 

Sous-patron 

Edouard-Henri Brunet

 

Armement du Sainte-Sophie

François-Jean-Baptiste Agez -  Charles-Joseph-Auguste Bocquelet -

Jean-Baptiste Creton - Jean-Baptiste-Eugène Fournier -

Benoît-Julien Fournier - Pierre-François Goubel - Jules-Joseph Maniez-

François Louis-Alfred Vasseur - Antoine-Joseph Verove -

Pierre-Alfred WADOUX

 

Patron du Alexandre 550

Wallecome

 

 

 

 

Gravelines

Vers 9 heures du matin, je fus prévenu que le bateau ALEXANDRE N°550 du port de Gravelines, capitaine Wallecam et le PETIT JULIEN sont à la côte, à environ 2.000 mètres de la jetée ouest du port de Gravelines.

Après m'être rendu compte de l'endroit où était le bateau, comme le patron du canot de sauvetage était à la mer, je me suis empressé de rassembler les canotiers et, à 9 h. 30, le canot SAINTE SOPHIE était lancé à l'eau.

Il faisait à ce moment un cyclone de vent du Nord et la mer était démontée. Nous fûmes même aidés par plus de deux cents personnes à traîner le canot de sauvetage jusqu'à la jetée est du port de Gravelines.

Malgré toutes ces difficultés, nous partîmes sans crainte et avec le plus ferme courage pour sauver la vie de nos semblables. Alors que nous étions sortis des jetées, et que nous nous trouvions à environ 400 mètres à l'ouest du port, un homme fut jeté à la mer par une lame ; nous l'avons rattrapé sain et sauf.

Ayant la marée contre nous, nous fîmes tous nos efforts pour arriver près du bateau. Aussitôt arrivé, je jetai le grappin et les hommes du bord lancèrent leur ligne, ce qui nous aida à nous rapprocher du bateau, et nous sauvâmes les deux équipage composé de dix-sept hommes.

Il était à ce moment 10 h. 30. Je fis route vers la côte, et l'on débarqua tous les naufragés que je fis conduire chez eux pour leur donner les soins nécessaires.

Le canot de sauvetage étant à la côte, il fallut des chevaux pour le ramener à la maison-abri.

Je revins chez moi avec les sauveteurs pour changer de vêtements, car nous étions tout mouillés, et, vers 1 heure, je partis chercher notre canot avec huit chevaux.

J'étais de retour à la maison-abri vers 4 heures du soir.

 

Le patron du 550 Wallecome resta  à la mer pour aller au secours des canots en détresse.

Il parvint à ramener huit hommes et alla s'échouer à la côte au risque de perdre son bâtiment.

Le récit de cette tragique journée pour la population de Gravelines est à lire ici.

 

 

Dans le journal officiel on peut lire  :

12 janvier alors que plusieurs bateaux de pêche  de Gravelines se trouvaient en pêche à 2 ou 3 milles du port, une très forte tempête s'éleva subitement et la mer devint tout à coup furieuse.

Plusieurs canots montés par quatre ou cinq hommes chercheront immédiatement un refuge en se dirigeant vers le port.

Mais la mer était si grosse à l'extrémité des jetées que, pour ces canots c'était se vouer à une perte certaine que tenter d'y entrer.

Plusieurs bateaux étaient rentrés au .port, quelques-uns avec du personnel en moins et un côtre allait faire côte à l'ouest du port.

Le sous-patron du canot de sauvetage Brunet, en l'absence du patron qui était en mer, rallia immédiatement un équipage et, avec l'aide d'une grande partie de la population, le canot de sauvetage fut mis à la mer et halé jusqu'à l'entrée du port.

A ce moment la tempête faisait rage et la mer était démontée, principalement à l'entrée du port où des bateaux, pour protéger leur entrée, avaient filé de l'huile. Après de grands efforts pendant lesquels le canot de sauvetage faillit  chavirer bien des fois, le sous-patron Brunet et son équipage réussirent à doubler les jetées.

Ils explorèrent les approches du port pour voir si quelques canots s'y trouvaient encore.

N'ayant rien aperçu, ils se dirigèrent sur le côtre qui venait de faire côte pour lui offrir leurs services.

Il résulte des interrogatoires des marins qui se trouvaient à bord du côtre qu'ils pouvaient se dispenser des secours du canot de sauvetage qui n'a fait que leur rendre service en  les débarquant plus tôt.

Cette circosntance ne peut amoindrir l'acte de dévouement très méritoire du sous-patron Brunet et de ses canotiers qui ont exposé leur vie dans cette pénible et dangereuse sortie.

 

Des éléments communs dans les trois versions... Quoi qu'il en soit, une grosse journée pour les sauveteurs de Gravelines

L'équipage de la Sainte-Sophie recevra le prix Henri Durand de Blois pour ces sauvetages.

120 Frs pour le patron Brunet et 80 Frs pour les canotiers

Source

BNF Gallica  Annales de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés

BNF Gallica Grand Echo  du Nord  de la France du 14 janvier 1911 et 15 janvier 1911 et 7 mai 1911

 

Interview de Brunet par le  journal Excelsior

Le 12 janvier dernier, vers 9 heures du matin, lui dit-il, on me prévenait qu'un bateau était à la côte, à environ 2.000 mètres do la jetée ouest du port. Comme le patron de notre canot était à la mer, je m'empressai de faire prévenir nos canotiers, si bien qu'un quart d'heure après que l'alarme eut été donnée, la SAINTE SOPHIE était lancée.

» La mer était démontée par le cyclone qui soufflait du nord. Maigre tous nos efforts, nous ne pouvions avancer, et il fallut l'aide des hommes et des femmes présents sur la grève pour nous permettre de sortir du chenal. Tous s'attelèrent au câble de remorque et nous parvînmes tout de même à doubler les jetées.

» A peine étions-nous à quelques brasses  de l’entrée du port, qu'un de nos rameurs fut enlevé par une lame. Mais nous eûmes la chance de le repêcher sain et sauf !

» Finalement, malgré les paquets de mer qui déferlaient sur nous, nous inondant de la tête aux pieds, nous arrivâmes à portée du navire en péril, que nous reconnûmes pour un bateau de chez nous, 1' « ALEXANDRE, capitaine Walecom.

» Dès lors les dix-sept marins qui restaient à bord de l' ALEXANDRE étaient sauvés. Bien tôt ils passaient dans notre canot, et nous le ramenions avec nous au Grand-Fort-Philippe Mais vous dire si nous étions « mouillus » !