14 décembre 2002

Sauvetage du TRICOLOR

17 personnes sauvées
 


La station SNSM de Dunkerque a participé, avec celle de Calais, et de nombreux autres moyens français et étrangers aux opérations qui ont suivi le naufrage du cargo norvégien transporteur de voitures TRICOLOR . 
Cette catastrophe s'est produite à la suite de l'abordage du navire par un porte-conteneurs des Bahamas  le KARIBA, à 20 nautiques dans le Nord de Dunkerque. 

Il était 02 heures 20, et aussitôt le CROSS fait appel à de nombreux moyens nautiques et aériens.

Le JEAN BART II est mis en alerte à 02 heures 25 et prend la mer à 02 heures 53. Le vent est de secteur Est faible, la mer est calme, mais une brume épaisse recouvre toute la région, ce qui est vraisemblablement la cause de l'abordage.

La marée est basse et le JEAN BART II , naviguant avec prudence, doit suivre tout le chenal jusque devant Gravelines avant de pouvoir mettre le cap au Nord à bonne vitesse vers le lieu de l'accident.

A 04 heures 10 il arrive sur zone où les échos radar sont nombreux, mais la visibilité toujours très réduite. Sur les vingt-quatre membres d'équipages du  TRICOLOR , trois ont été récupérés par le navire abordeur, et vingt et un par le remorqueur  BOXER . Sur ces derniers, quatre sont transférés sur un canot pneumatique de sauvetage belge venu de Nieuport et le JEAN BART II  prend à son bord les dix-sept autres. Ces pauvres marins, qui sont philippins, ont été pour la plupart surpris en plein sommeil. Beaucoup sont en sous-vêtements ou en bleu de chauffe, avec juste leur brassière de sauvetage. Ils sont évidemment transis de froid et désemparés, certains sont malades

. L'équipage du JEAN BART II fait tout son possible pour les rassurer et les réconforter durant le retour. Mais ce n'est qu'en voyant le trait de côte se préciser peu à peu sur l'écran radar qu'ils vont commencer véritablement à reprendre leurs esprits, et à comprendre que leur épreuve touche à sa fin. 

Il est 06 heures 30 lorsque le canot de sauvetage accoste à son ponton, illuminé par tous les gyrophares d'ambulance perçant le brouillard. Cette sortie de quatre heures, si elle a été pénible pour les malheureux naufragés, a aussi éprouvé les sauveteurs. Naviguer de nuit, avec une visibilité quasi nulle, dans un secteur où les risques de toutes sortes, hauts-fonds, courants, trafic maritime intense, sont aussi nombreux, avec en plus le contexte dramatique de l'opération, et des passagers choqués sur lesquels il faut veiller, tout cela réclame beaucoup de sang-froid et de résistance.

L'équipage du JEAN BART II,  qui était cependant réduit en raison de l'urgence à appareiller, s'est magnifiquement comporté et mérite d'être vivement félicité. Il s'agit du patron Michel Barbe, accompagné de Christian Leveque , Gérard Greenhill  et Pascal Lahaeye.

 

 

 

 

 

 

 

 

Source

Annales de la société centrale de sauvetage des naufragés - Archives de la station SNSM de Dunkerque

Crédit photographique Marine Nationale

Données Wikipédia

 

 

 

Le TRICOLOR 

Transporteur de véhicules norvégien 50 000 tonneaux 
construit en 1987 au Japon
Longueur    190 m
Maître-bau    32,24 m
Port en lourd    15 543 tpl
Tonnage    Jauge brute : 49 792
Il transportait 2682 voitures.    

Equipage Jean Bart

Patron 

Michel Barbe

Mécaniciens :

Christian Leveque  -Gérard Greenhill

Radio navigateur            

Pascal Lahaeye

12 décembre 2002

Recherche de bateau

      

Le JEAN BART  appareille à 13H14  et rentre à 16H30 sans rien avoir trouvé

  

Equipage Jean Bart

Patron 

Michel Barbe

Mécaniciens :

Serge Pierr

Radio navigateur            

Jean-Paul Legars

Canotiers

Dominique Decourtet, Pascal Agneray

Guy Finot,  Gérard Greenhill, Olivier Gelles