26 août 1902

*Sauvetage du ballon ALCOR*

1 aéronaute sauvé

 

 

 

Armement du remorqueur Le Dunkerquois

 

 

M. Hervieu devait partir dans son ballon pour faire une expérience d'aérostation et de vélocipédie combinées.

Malheureusement le temps affreux qui n'avait cessé de régner pendant toute la journée avait contrarié le programme de cette fête.

Un vent violent soufflait de terre, et tous les ballons-pilotes qui furent successivemunt lancés, se dirigèrent vers la mer.

Malgré les conseils de tous, le capitaine Hervieu voulut partir quand même, mais au lieu d'une bicyclette, il prit sa nacelle, un cône ancre, une bouée et une ceinture de sauvetage.

Vers cinq heures, l'aéronaute commandait le « lâchez tout », et l'aérostat s'élevait avec une vitesse ascensionnelle assez forte.

Il partit dans la direction du large. Un courant supérieur le ramena du côté de terre vers O-S-O

L'ALCOR monta encore et disparut dans un nuage pendant plusieurs minutes, puis reparut, mais au large, à environ 4 ou 5 milles dans le N-E.

M. Hervieu laissa tomber son cône-ancre au moment où le ballon allait tomber dans les vagues, puis il jeta du lest pour remonter et se maintenir au-dessus des flots.

Le remorqueur Dunkerquois envoyé sur la rade pour surveiller la descente, se dirigea à toute vitesse vers l'ALCOR qui dérivait au gré des flots.

Il l'atteignit et des matelots s'emparèrent du guiderope et amenèrent la nacelle sur l'arrière du toueur.

Les nombreux amis du capitaine Hervieu qui se trouvaient à bord lui firent une ovation, et l'aéronaute descendit pendant quelques minutes dans la chambre du remorqueur où l'on sabla le champagne en son honneur.

Le retour s'effectua dans d'excellentes conditions.

 

 

 

 

Sources

 

Archives de Dunkerque Centre de la Mémoire Humaine  Le Nord Maritime

Crédit photographique Le Petit Journal 1909